Le Guide de l'alternance et de la formation

Voir le dernier numéro Commandez le Guide !



Les prochains salons

  • Forum Emploi Initialis
    le 11/09/2018Voir
  • Job salon des 1000 emplois Lyon
    le 13/09/2018Voir
  • Carrefour des carrières commerciales Champ...
    le 18/09/2018Voir
  • Salon jeunes d'avenirs
    du 18/09/2018 au 19/09/2018Voir
  • Forum Emploi Hôtellerie et Restauration
    le 20/09/2018Voir
  • Job salon des 1000 emplois Bordeaux
    le 04/10/2018Voir
  • Forum Paris pour l'emploi
    du 04/10/2018 au 05/10/2018Voir
  • Salon de l’Emploi Automobile
    du 04/10/2018 au 05/10/2018Voir
  • Forum jobs d'hiver
    le 10/10/2018Voir
  • Salon Top Recrutement et Village de l’Empl...
    le 17/10/2018Voir

Les sites du réseau

511 offres

Consultez les formations

Consultez les métiers

Voir tous les articles


Toutes les dernières infos emploi

Trouvez votre métier


emploi action sociale emploi assurances emploi Banque emploi BTP emploi communication emploi comptabilité emploi défense, sécurité emploi droit emploi esthétique beauté emploi Grande distribution emploi hotel emploi informatique emploi immobilier emploi industrie emploi logistique emploi ressources humaines emploi sante emploi secrétaire, assistant(e) emploi tourisme emploi transport emploi vente

Nos articles

Femmes actives et précarité, où en est-on ?

A l'ocasion de la publication de son analyse annuel des secteurs qui recrutent, le CIDJ (Centre d'Information et de Documentation pour la Jeunesse) a souhaité, actualité oblige, mettre en lumière la situation particulière des femmes actives. L'occasion de soumettre le public à un petit test, visant à mettre en lumière des réalités et des idées reçues autour de la place des femmes sur le marché de l'emploi.      1. Quelle proportion de femmes travaille à temps partiel ? 10 % 18 % 30 %   2. Quel est le profil type d'un intérimaire ? un homme de moins de trente ans, peu diplômé un homme travaillant dans le BTP une jeune femme diplômée   3. Combi...

Pour un emploi assuré, optez pour celui qu’on ne peut délocaliser

Les débats sur cette pratique se sont calmés et ne font plus les gros titres. Pour autant, la problématique n’a pas complètement disparue chez certaines entreprises, et donc pour certains actifs. Devant le taux de chômage important (9,2% en décembre 2017), occuper un emploi stable est un luxe. Et ce luxe s’obtient en faisant preuve de bon sens : trouver un métier qu’on ne peut délocaliser. La conjoncture s’avère si difficile qu’un métier d’avenir correspondra bientôt à un métier que l’on peut garder. Ne pas le voir supprimer, non pas qu’il disparaisse, inutile et obsolète, mais tout simplement déplacé, trop coûteux ici par rapport à d’autres pays dans notre société mondialisée. Et ...
Voir tous les articles



Rechercher une formation


Toutes les dernières infos emploi