btmenuresp

32 572 formations

Rechercher une formation

fleche bleue grise Connectez-vous

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Le coût du présentéisme

27/09/2018

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

On estime le taux de présentéisme de 6 à 11% selon les entreprises observées. Sachant que le taux d’absentéisme n’atteint, lui, que 4,5%, le présentéisme atteint parfois le double !

Appliquant ce même ratio de 1,4 à 2 aux coûts, le présentéisme coûterait donc entre 14 et 25 milliards d’€ par an.

Et on ne parle ici que du coût direct. Car il y des conséquences à plus long terme à ne pas oublier. Le présentéisme étant les prémisses de l’absentéisme, les dégâts ne s’arrêtent pas là.

En 2016, le taux d’absentéisme de 4,59% (sur ses 250 entreprises privées étudiées) avait grimpé de 7,4% par rapport à l’année précédente. Les « présentéistes » d’aujourd’hui sont les absents de demain, alors les entreprises feraient mieux de ne pas laisser le nombre des premiers augmenter.

Quelles sont les solutions ?

Vous l’aurez compris, le plus logique est d’investir pour identifier les salariés en difficulté et les aider  à retrouver un équilibre.

L’entreprise peut déjà faire en sorte que le cadre de travail soit le meilleur possible : autonomie (vs contrôle hiérarchique extrême, rythme dicté par la machine), reconnaissance (seulement 34,8% de fréquence de présentéisme contre 58,7% lorsqu’il y a peu de reconnaissance) et bonne ambiance entre collègues.

Autre moyen pour les ressources humaines : utiliser une plateforme qui permet à chaque employé d’évaluer son équilibre. Ensuite, les R.H peuvent mettre en œuvre un programme adapté, individuel. En mesurant les risques avec précision et en anticipant les problèmes, l’entreprise comme le salarié y trouveront leur compte.

Car si l’entreprise s’avère obligée de payer une mutuelle santé à son salarié, elle peut aussi lui éviter d’y avoir recourt. Mieux vaut prévenir que guérir !

Puis, sur le long terme, il faudrait modifier notre cadre de pensée et s’inspirer d’autres pays, comme l’Australie, par exemple. Là-bas, rester tard apparaît comme un signe d’inefficacité, de mauvaise organisation, et tout le monde finit à 17h30. Avec une économie qui fonctionne très bien.

Les derniers articles

  • Optez pour une candidature Spontanée
  • Optez pour un emploi que l’on ne peut délocaliser
  • La formation professionnelle : avenir ou mirage ?
  • Femmes actives et précarité, où en est-on ?


  • Rechercher une formation

    32 572 formations